Iréel (poème)

Publié le par miniklochette

Une rose fumée jouait avec ardeur

parmi les brouillards.

La pénombre du jour

dévoilait un grand secret.

A portée du nuage

une proie invisible s'élançait.

La lune rêvait dans sa cage

de travaux délicieux

qui la conduiraient au tunnel d'évasion.

Céleste sagesse à l'apparence de l'oubli

lambeau d'un deuil fugitif.

Les vestiges des constellations

annonçaient les glaces prochaines,

où des licornes aux longs yeux

Tel un bel oiseau,

soulèveront un marbre lourd.

Et le premier sang des portes de la mer

grandira comme l'érable sans parfum....

Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tavelinn 01/08/2006 15:06

J'aime le chots des mots et l'atmosphère toute nocturne...même si, tu me comprendras il manque pour mon goût personnel de maux auc mots...
clin d'oeil
Tav'

Dahud 22/07/2006 10:02

Magnifique poème!