le vieil alchimiste

Publié le par miniklochette

Le vieil alchimiste se dépêchait dans son laboratoire.  Il choisissait avec soin les ingrédients qu'il devait utiliser.
L'excitation se lisait dans ses yeux qui se cachaient derrière ses lunettes étranges.
Ce vieux bonhomme bedonnant s'investissait dans la découverte d'une potion. Il filtrait, chauffait, testait. Rien n'échappait à son attention.
Sa pièce était surchauffée, seul le crépitement des bûches venait briser ses longs monologues. Il s'adressait tout particulièrement à son furet blanc logé sur son fauteuil moelleux. D'ailleurs celui-ci servait d'avantage de couche que de fauteuil au petit bonhomme.
Cela faisait des jours, voire des semaines qu'il n'avait pas mis le nez dehors, sauf pour aller chercher des plantes, des métaux, et ce qu'il appelait son ingrédient secret.
Et pourtant, s'il savait.. Son secret n'en était plus un. Tout le monde au village savait qu'il sagissait du sel, mais personne n'aurait dévoilé le pot aux roses.
Et ainsi, il demeurait être le seul à connaitre l'astuce....

Il dormait tranquille, le sourire aux lèvres, parce qu'il pensait détenir un réel trésor.
Mais revenons-en à cet instant critique de sa mixture qui chauffe.
Yltar, puisque c'est son nom, dévorait à chaque minute les bulles qui s'éclataient librement, il observait que le contenu s'épaississait, qu'il dégageait une très bonne odeur.
Une fumée blanche dessinait de belles courbures pour mourir le long du plafond embaumant la pièce. Les effluves firent se réveiller Baltoz, le furet, qui alla bien vite se cacher dans un trou du plancher qui donnait sur la réserve.

Après maintes tentatives avortées, il semblait qu'Yltar avait enfin découvert le bon dosage. Il suait à grosses goutes en attendant que tout soit enfin prêt.
Les alambics sifflaient en dégageant la vapeur, le cuivre suintait, bref tout se passait admirablement bien.
Puis, il s'engagea à dresser la table. Les minutes qui suivirent ne suffirent pas
à calmer l'alchimiste, il trépignait d'impatience.
Il devait encore espérer, encore patienter, encore quelques minutes, le sablier  devait se terminer.

Le temps s'égraina, tout doucement, et enfin le dernier grain de sable tomba.
Un cri de joie retentit dans toute la maison. Il sautait partout, chantant un petit air de triomphe.
Il ouvrit lentement son alambic, pris sa louche, et enfin pus constater que sa potion était fin prête.

Il saisit un gobelet pour y déposer son précieux travail. Il s'assit à sa table, regarda avec envie son breuvage.
Il allait pouvoir le gouter, voir si tout était parfait.

C'est en tremblant qu'il porta le gobelet à ses lèvres. C'était très chaud, mais l'attente avait été beaucoup trop longue, et l'impatience gagnait en force.
Il aspira le contenu, et il fut heureux.
Il venait de découvrir comment faire de la soupe au potiron...........



Publié dans Histoire d'y croire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Tout d'abord, bien que passé cinq jours ce ne soit pas conseillé, je vais finir ce fond d'assiette de soupe.Ensuite, j'ai bien rit à cette faim, mais ce que j'ai préféré c'est l'écriture. Après ballade chez toi, malgrè qql bugs, j'ai décidé que ton blog me plaisait, c'est tout c'est comme ça. Alors je moisis ta page d'un commentaire pas forcément constructif, mais agréable à entendre [ en supposant que toi aussi c'est une voix qui te lit les choses dans ta tête ]. Il est tout sympa ton blog, pour ton avatar, je me permettrai l'utilisation de mon adjectif perso, choubidou !Bonne journée !
Répondre
K
J'aime ce fond vert.
Répondre
M
merci koulou, tiens une autre assiette.... y'en a pour tout le monde ;)
K
Je reprendrai bien un peu de soupe au potiron moi.... Slurp ! Sluuurp ! Sssluuuurrp !
Répondre
K
Alors, tu vois bien que je ne fait pas (encore) semblant de ne pas te connaitre hu hu !
Répondre
M
mais euh,, heureusement que ferais-je sans toi??? :'(
K
Moi... J'aime bien la soupe ...Même au potiron.
Répondre